Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 20:30

Dans l'évolution de la guitare et ses techniques, la recherche de nouvelles sonorités à partir d'anciens (musique celte, baroque et renaissance) et de nouveaux accordages pour la guitare, a marqué son développement. Il existe de multiples possibilités d'accordages pour les instruments à cordes. Je ne pourrais tous les énumérer ici, il me faudrait faire un long article concernant ce sujet de manière ciblée. Depuis plusieurs siècles, l'histoire de la guitare et de ses techniques de composition, démontre de ses recherches. Un exemple, J.S.Bach bien qu'il n'était pas un luthiste, a composé pour cet instrument sa Bourrée en E mineur, mais qui s'exprime mieux sur une guitare accordée en Dmineur plutôt que sur un luth baroque. De multiples compositeurs dans les années 60 et 70 ont exploré les possibilités des accordages alternatifs et modaux comme David Crosby, Joni Mitchell, Jimmy Page voir Duane Allman, aussi bien que les blues men Robert Johnson, Elmore James etc. L'accordage ouvert en D majeur ou mineur, permet des variantes comme le drop D, le double drop D et l'accordage modal celtique en D suspendu (DADGAD). Pour l'obtenir il suffit de descendre les deux cordes de E en D et la corde de B en A. 

Jimmy Page a exploré cet accordage pour le morceau Kashmir, ainsi que Laurence Juber et Pierre Bensusan, deux musiciens pour qui cet accordage est le principal pour la plupart des morceaux de leur répertoire actuellement et depuis plusieurs décennies.

Sons en cascade

Un des aspects de l'accordage modal DADGAD que de beaucoup de musiciens apprécient dont Laurence Juber, est la possibilité d'exprimer des mélodies dans un style et son proche de la harpe en combinant des notes à vide et des notes "frettées". De manière à résumer, c'est un "effet dit cascade". Il convient selon Juber de ne pas l'utiliser de manière linéaire mais en jouant avec les cordes (combinaison de cordes). Des plans originaux peuvent en émerger qui conduisent à des concepts de composition. Juber démontre cette technique de "picking" dans l'exemple1 ci-dessous. Il s'agit d'une succession de notes issue uniquement de la gamme de D. Pour interpréter cet exemple, il faut placer son index en 4ème position et le petit doigt en 7ème position et tenir la position le plus longtemps possible. Adopter le doigté le plus confortable selon vos critères et l'équilibre dynamique est nécessaire entre les notes frettées et celles à vide; il faut un même niveau sonore entre elles. Il convient une fois l'exemple maîtrisé de changer l'ordre des notes et d'imaginer des variantes. L'exemple2 nous montre divers décalages de position avec la main gauche (fretting hand) de la 7ème à la 10ème puis la 9ème afin d'explorer le manche au mieux. Il convient de bien maîtriser le doigté pouce-index-majeur et annulaire en "fingerpicking" afin de créer un jeu véloce et legato. Il est nécessaire de travailler graduellement d'abord lentement à petits tempos et au fur à mesure augmenter celui-ci; la patience et la constance sont des atouts pour progresser. 

Le jeu aux doigts "pickless pick" 

Certains musiciens préférant le jeu "fingerstyle" picking" utilise le contact direct avec la chair des doigts plutôt que celui des ongles. Laurence Juber prodigue la technique du "pickless pick" c'est à dire d'utiliser le pouce et l'index ensemble comme s'il tenait un plectre pour obtenir des effets rythmiques. L'étude du travail rythmique de la main droite chez Jimmy Page du led Zeppelin est utile et intéressante par sa maîtrise des double croches en binaire et ternaire (sextolets) et aussi par son développement des triades tout le long du manche de guitare en open tuning divers dont celui-ci avec des variantes en C. 

L'exemple 3 montre un séquence rythmique sur une progression harmonique I-bVII-IV qui utilise une combinaison originale de bourdon de A et de notes "frettées" en DADGAD. Les accords suspendus sont fréquents sur cet accordage. La technique de balayage chez Juber en picking alterné utilise l'ongle de l'index et majeur pour le battement descendant et l'ongle du pouce pour le battement ascendant des aigus vers les graves. Conserver un mouvement pendulaire (pendulum) avec la main droite même quand celle-ci n'attaque pas les cordes. On peut utiliser des onglets en plastique pour les doigts pour les battements, ce qui rend l'attaque plus puissante sur les cordes. Travailler une mise en place rythmique en croches plutôt qu'en noires, cela est utile pour développer la précision et le découpage rythmique. 

différents accords et leur tonalité en dadgad

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jm Gauthier 19/04/2020 19:30

Merci pour cet article très instructif sur l'accordage DADGAD. Bel introduction pour moi à ce sujet.

fuzz59 10/05/2020 08:25

Tant mieux,, un accordage magique pour certains musiciens, il permet de nouvelles sonorités et bien plus