Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 12:18

La forme classique fut utilisée par les symbolistes français pour la conception de la mise en tableaux de la littérature. La musique devait suggèrer, elle devait accompagner le texte. L’harmonie fut conçue pour être exprimée par des touches de couleur musicales comme dans la conception d'un tableau donc par une harmonie de couleur, de motifs mélodiques et rythmiques rapides qui fondent un arrière-plan.

L’harmonie fut établie autour d’accords de 7 de dominant pour créer des climats dissonants. Ce fut un langage musical double par le rapport entre les voix qui fut complexe. Certaines de ces voix furent modales, d’autres plus atonales dans l'esprit avant gardiste de Debussy.

Les rapports entre les voix furent conçus pour être plus discursifs. Il a développé un traitement harmonique pour certaines scènes dans son opéra Mélisande avec des notions contraires à l’harmonie traditionnelle. Il ne chercha pas dans son œuvre la dimension solide de l’immeuble, afin de ne pas transformer sa musique dans un discours logique, mais plutôt de le garder dans une atmosphère abstraite et créative.

C'est une musique qui suggère, sans influencer l’auditeur. On y trouve des langages diversifiés et opposés.

Le personnage de l’enfant

C’est l’innocence, qui ne peut donner de réponses à des questions. Le langage musical enfantin fut un défi intéressant pour le compositeur. Par L’intonation, le caractère, la nuance, la présence de la dimension enfantine dans un contexte symbolique expriment la position de l’homme dans l’existence. Un symbole de relation rationnelle avec la vérité. Une scène analysée, celle devant le château.

L'Acte 3 : entre Golaud et le petit Yniold, on peut observer comme un sens symbolique à la fois de la luminosité et de l’obscurité donc une situation paradoxale. La musique a demandé une grande synthèse des dialogues. Le dialogue est simple, la musique peut et doit faire suggérer une atmosphère. La difficulté fut le fait de pouvoir établir une synthèse entre les personnages par une forme de dialogue. Donc pouvoir faire la synthèse du théâtre parlé et chanté.

Debussy a longtemps et toujours cherché la meilleure façon de mettre en musique des textes. Sa logique du discours musical fut plutôt wagnérienne.

Au XXème siècle, Francis Poulenc, un compositeur français fera les mêmes choix par une combinaison possible entre un texte approprié et de la musique de Debussy, celle de Pelléas et Mélisande. L’avant-garde musicale et artistique se développa au XXème siècle. Les exemples précédents n’ont pas connu le même succès que Pelleas et Melisande.

1 Galeria pomników kompozytorów i wirtuozów muzyki powanej w Bydgos

Partager cet article

Repost 0
Published by mike - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Musicology and guitar
  • Musicology and guitar
  • : Des informations, des idées, des analyses
  • Contact

Recherche

Liens