Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 16:45

Les années "crise "

Après les années trente les "big-bands" vont faire leur apparition, car l'amplification et la sonorisation n'existaient pas encore et les salles de dance comme les lieux de concert devenaient plus grandes. Ces orchestres étaient plus puissants, donc plus efficace pour l'ambiance des salles de bals, de dance, des boîtes de nuits  tels l'Appollo theâtre d'Harlem de l'époque. L'amplification électrique et électronique apparaîtra plus tard dans les années 40 et 50.

Paul Witheman

Il va devenir dans les années trente, malgré qu'il soit blanc, un grand personnage du jazz. Il apprit la musique de façon scolaire, il grandit dans une famille de musiciens, un père professeur de musique. Il devint un chef d'orchestre et un pionnier dans la fusion et la synthèse des styles musicaux. A la fois un orchestrateur conventionnel classique et moderne dans son approche d'un style personnel facile et commercial dans lequel l'improvisation des solistes joua un grand rôle. Il va donner ses premiers souffles, ses premiers repères au jazz symphonique.

De part sa notoriété, il va pouvoir commander des compositions aux grands maîtres de sont temps comme Gershwin et Stravinski. Rapsody in blue sera le premier titre pour Big-Band et pour lequel Gerswhin jouera du piano lors de l'enregistrement et en tournée. C'est cette forme de jazz que l'on va entendre en Europe et aux USA sur les radios et d'autres médias en devenir parce que ces musiciens seront privilégiés par des meilleurs enregistrements et par une meilleure diffusion.

Cependant ce type de jazz va être critiqué par les puristes noirs comme étant trop symphonique et orchestrale. L'écriture musicale en sections était la base de ces nouvelles orchestrations, en trois minutes on pouvait avoir différentes façons d'orchestrer les cuivres et les bois.

Paul-Whiteman-.jpg   Paul-Whiteman-Orchestra.jpg

Fletcher Henderson

Il sera le chef d'orchestre du plus prolifique des big-bands noirs de la swing era. Ses premiers arrangements furent influencés par ceux de Witheman, mais grâce à Louis Amstrong qu'il va faire venir à New-York et joindre son orchestre, le swing va devenir plus présent dans les big-bands et la musique sera plus riche d'orchestration et de combinaisons de cuivres.

L'improvisation et les partitions écrites seront mélangées au lieu d'être divisées. En 1939, il decida de dissoudre son orchestre pour joindre celui de Benny Goodman et devenir son pianiste et son arrangeur à temps complet. Fletcher Henderson tout comme Redman vont définir la formule "swing" sur laquelle tous les orchestres de cette époque vont interagir( le principe de dialogue entre sections instrumentales et solistes).

 

fletcher_henderson.jpg   FletcherHenderson1921-1923.jpg

Duke Ellington

Il fut aussi un personnage important pendant un demi-siècle de carrière consacrée au Jazz. Il fut un génie et un pianiste d'exception, il vécu à Washington où il forma son premier combo de 6 musiciens. Il s'inspirait de ses musiciens, il écrivait en fonction des styles et des personnalités de ceux-ci. Il avait le bon sens du piano sans virtuosité, il cherchait la couleur des sons dans l'orchestration pour faire sonner ses thèmes. Il écrivait de nombreuses compositions (1000) qui lui ont beaucoup rapporté. Par exemple "The Mootche" qui fut composé pour les trombonistes Bubber Miley et Sam Nanton qui furent les pionniers du plunger mute et du son "wah wah" au trombone. Duke Ellington savait faire du blues de bien des formes différentes, il fut le premier à composer en tonalité mineur du blues. Il accepta son héritage culturel noir.  Il fut surtout connu au Cotton club de New-York où il fit connaître les facettes de la culture africaine aux américains; Il appella son style "Jungle", il composa le titre "black beauty" qui a révolutionné la musique noire. Il n'a pas eu une grande éducation et de grandes connaissances, il apprit empiriquement à développer ses idées. Ce fut l'ère d'une orchestration plus harmonique et celle de l'improvisation de soliste, on abandonna le contrepoint primitif accompagné.

duke-ellington.jpg       duke-in-timemag.jpg

Louis Amstrong et les hot five et seven

Ses enregistrements avec ces deux formations principales furent considérés comme des chefs d'oeuvre du Jazz dans les années trente et plus tard. Il fut aussi renommé comme une référence du solo et du soliste de Jazz pendant des années. Beaucoup de musiciens vont copier note pour note ses solos de cornet et ses principes d'improvisation pour leur originalité et leur puissance émotionnelle. Une pièce de référence le" potato head blues" développe le sens architectural et la créativité du solo de jazz swing, pas des riffs placés par ci et par là, mais il instaura un concept, une construction thématique dans un développement mélodique.

Dans le morceau "West end blues" le phrasé est sautillant et dynamique voir puissant avec une interprétation montrueuse et très profonde par son jeu fluide et varié legato qui génère du feeling. Let's fall in love: à cette époque le jazz est une musique afro-américaine donc de noirs en majorité, mais la plupart des disques sur le marché étaient ceux de blancs. La raison en était probablement que le racisme faisant foi et le fait que la mafia possédaient les studios d'enregistrement, les boites de nuit et les maisons de disque les plus importantes, de ce fait également ils préféraient les musiciens blancs et également les noirs ne savaient pas lire et ni écrire la musique.

louis-armstrong.jpg   hot5.jpg

westendbluesintrolouisarmstrong.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Musicology and guitar
  • Musicology and guitar
  • : Des informations, des idées, des analyses
  • Contact

Recherche

Liens